Chevalet

Toutes les classes ont un chevalet ou du moins, un espace peinture. Mais le chevalet est souvent vite délaissé. Trop salissant, demande trop de surveillance, pas adapté à l’autonomie…

Pourtant bien préparé, il permet aux enfants de s’épanouir et de créer à l’infini.

Voici tous les conseils pour que vos touts petits puissent se servir facilement du chevalet

 

Avant tout, on réfléchit à son installation:

 

On le place là où il y’aura de la place pour circuler. Près du chevalet, il faut un point d’eau, un sèche dessin et les tabliers.

Même si on est très mal équipé à la base, il y’a toujours moyen de créer un chouette espace.

-Pas de robinet adapté ? une petite bassine avec un peu d’eau, posée sur une petite table fera l’affaire. Un essuie sous la bassine, un autre accroché à la table, et on prévoit un torchon au sol.

-Pas de chevalet ? Une grande planche en Liège fera l’affaire. Ou encore, une bâche sur un mur et une bâche au sol.

 

Mettez les tabliers à la hauteur des enfants grâce à des crochets. Pensez également que si les tabliers n’ont pas de lichettes, on peut leur mettre des pinces comme pour les essuie de vaisselles, ce qui facilitera le rangement.

-Pas de place, un bac sous le chevalet fera l’affaire. Ne mettez que le nombre de tablier nécessaire. Le trop est l’ennemi du bien. 4 places au chevalet, 4 tabliers. Plus de tablier, plus de place pour aller peindre.

 

Il faut montrer aux enfants comment mettre un tablier.

 

Pour cela, je procède comme pour le manteau. Tous ensemble au coin rassemblement, je montre comment l’enfiler en le mettant au sol. Là tout dépend du tablier : s’il se ferme par devant, on l’enfile comme un manteau (pied près du col, passer les bras et hop, au-dessus de la tête), s’il ferme par derrière, on le place au sol, pied près du bord, on passe les bras et on l’ajuste sur son ventre. Pour les fermer, je montre toujours que l’on peut demander à un copain de nous aider. Evidemment, les tabliers de mon chevalet sont tous les même en fonction de la technique apprise. Pendant l’année, la technique évolue comme pour les manteaux, les enfants les enfilent comme des grands.

 

Utilisation du chevalet:

 

Le système pour que l’enfant puisse accrocher sa feuille au chevalet est parfois le plus compliqué à trouver. Corde (bien tendue) et pinces à linge, grosses punaises dans les panneaux en Liège, des aimants, pinces crocodile…

 

La peinture doit se trouver dans des pots adaptés. Les pots anti-verse sont pas mal. Si on n’en a pas, des petites bouteilles d’eau avec un trou dans le bouchon peuvent être fabriquées. Ces pots doivent être constamment remplis, propres et les pinceaux aussi. Il vaut mieux prévoir deux sets complets afin de pouvoir proposer du matériel toujours propre. A la fin de la journée, je mets tous mes pots dans l’évier pour tremper pendant la nuit (je récupère éventuellement le reste de peinture) et je place directement mon deuxième set de pot pour le lendemain matin avec des pinceaux tout propres. Ce que je fais aussi, c’est ne changer que mes bouchons de pots quand ceux-ci sont encore bien remplis et que c’est juste le haut qui est sale.

 

Les supports:

 

Il y’a encore le point du support à mettre sur le chevalet. Au début, les feuilles A3 sont très chouettes mais il faut varier les supports pour booster la créativité. Je leur donne souvent des restes de mes ateliers : feuilles de couleurs, grands panneaux, rectangles, disques, feuilles noires, carton ondulé, anciens stencils, pages de journal, feuille d’alu, kraft, feuilles essuie-tout …

 

Mais pas que du plat ! On peut leur donner plein d’autres supports : Palettes d’œufs, rouleaux essuie-tout, papier bulle, morceaux de frigolite…

 

Dans l’idéal, tout ce matériel doit être à la disposition des enfants. Chez moi, il se trouve sous le chevalet. D’autres ont une armoire juste à côté. Une table peut être placée près du chevalet et rassembler le matériel.

 

Sèche dessin:

Pour le séchage, un sèche dessin est très utile évidemment. On en trouve, maintenant, dans les catalogues, des bons marchés. Ceux sur roulettes sont hyper pratiques car ils sont à la hauteur des enfants et on peut le mettre où l’on veut. Si on doit le fixer au mur, à la hauteur des enfants bien sûr. Il y’en a même des en carton pas chères du tout que l’on place au sol.

 

Je rassemble, tous les 3 mois, toutes ces peintures, je les roule, un élastique et hop pour papa et maman car ils s’accumulent très vite.

--> Bacs de manipulation

Téléchargez cette page en pdf

Retrouvez mon tableau Pinterset sur le sujet

Retour au menu

Pratique

© helguera rios laurence

Proudly created with Wix.com

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Google+ Icon
  • Grey Pinterest Icon
  • Grey Instagram Icon